Chantilly Arts et Elegance Richard Mille

Après  deux  premières  éditions  récompensées  par  un  succès  croissant  qui  a  d’emblée  placé l’évènement parmi les concours d’élégance de dimension internationale de référence,  Chantilly Arts & Elegance Richard Mille poursuit sur sa lancée.

Organisée le dimanche 4 septembre, la troisième édition a confirmé son statut de rendez-vous élégant de la rentrée en accueillant à cette occasion 13 500 visiteurs dans le Domaine du Château de Chantilly. Soit une fréquentation stable par rapport à 2015,  qui aurait certainement été plus importante si les conditions météorologiques - ciel couvert et pluies éparses dans la matinée - avaient été aussi clémentes que les années précédentes.

En lice pour le Concours d’Elégance figuraient huit concept-cars respectivement engagés par Aston Martin, BMW, Bugatti, DS Automobiles, Lexus, McLaren, Mercedes-Benz et Rolls-Royce. Soit une présence  sensiblement  plus  importante  des  constructeurs  automobiles  dont  les  noms  étaient associés cette année à six maisons de couture : Balmain, Eymeric François, Giorgio Armani, Jean-Paul Gaultier,  Jorgen  Simonsen  et  Timothy  Everest.  Quatre  prix  ont  été  attribués  pour  le  Concours d’Elégance. Le Best of Show a couronné DS E-TENSE aux côtés d’une création d’Eymeric François. Le Prix du public a récompensé la Vision Mercedes-Maybach 6 associée à une tenue de Jean-Paul Gaultier. Le Prix de la cohérence automobile et mode, récompensant le plus bel ensemble a consacré la  570GT By McLaren Special Operations mariée à un mannequin habillé également par Jean-Paul Gaultier. Enfin, un Prix Spécial a été attribué à la nouvelle moto atelier "by Zagato", œuvre du maître carrossier milanais, pour le fabricant italien MV Agusta, présentée en première mondiale à Chantilly.

Le Concours d’Etat réunissait une centaine d’automobiles d’exception, venues du monde entier pour l’occasion, reparties dans vingt-et-une classes. Entre toutes, le jury a décidé d’attribuer le Best of Show à l’Alfa Romeo 8C 2900B Lungo Berlinetta de 1938 carrossée par Touring, appartenant au collectionneur  américain  Jon  Shirley,  inscrite  dans  la  classe  Les  Prémices  de  l’aérodynamisme d’avant-guerre – Voitures de route fermées. L’autre prétendante au titre sélectionnée par le jury était l’Alfa Romeo 8C 2300 Roadster Figoni 1932 de Martin Eyears (1er Prix de la classe Chefs d’oeuvre de la  carrosserie  française  Avant-Guerre  -  Voitures  Ouvertes) :  un  exemplaire  rare  présentant  une authenticité et une histoire exceptionnelles. Un choix cornélien pour le jury qui, lors des dernières délibérations,  privilégia  in  fine  la  touche  d’élégance  supplémentaire  exprimée  par  le  dessin  de Touring.

Parmi les Prix Spéciaux, citons le Prix FIVA qui récompense la Type 35B de 1928 au sein de la classe Bugatti, les voitures de Grand Prix. Cet exemplaire piloté par le Britannique William Grover-Williams remporta en 1929 le premier Grand Prix de Monaco organisé dans les rues de la Principauté. Il s’agit de l’une des monoplaces de Grand Prix d’Avant-Guerre les mieux conservées dans leur état d’origine. De   surcroît,   la   suite   de   son   histoire   en   compétition   est   parfaitement   connue.   La   classe Cinquantenaire  de  la  Lamborghini  Miura  P400,  présentée  au  Salon  de  Genève  1966,  donna également lieu à l’attribution d’un Prix Spécial du Jury ‘‘Prototype 1966’’à la Lamborghini Miura 0862 (Collection Caveng) ; une voiture unique et exceptionnelle puisqu’il s’agit de la version qui fut utilisée par Bertone pour préparer le modèle de série. Le 1er  Prix concernant les P400 de série est revenu à la version de 1967 de M. Frédéric Leroux, présentant une restauration exceptionnelle : carrosserie, moteur et sellerie ayant été réalisés par trois anciens collaborateurs de Lamborghini de l’époque de la Miura.

Cette édition était également l’occasion pour Jean Todt, Président de la Fédération Internationale de l’Automobile de remettre plusieurs prix, dont celui de la classe qui lui était dédiée en hommage à une carrière hors norme dont Chantilly Arts & Elegance Richard Mille célébrait le cinquantenaire. Y figuraient de nombreux modèles qu’il mena à la victoire comme copilote, mais également patron de la compétition chez Peugeot, puis Ferrari. Ainsi eu-t-il le plaisir de remettre le Prix à la Peugeot 504 Rallye Groupe 4 et à Jean Guichet, son pilote de l’époque. Voiture avec laquelle ils remportèrent le rallye d’Argentine en 1979.

La  présence  de  quarante clubs  réunissant  huit cents  voitures exposées  dans  le  Domaine  faisait également partie intégrante de l’évènement et participait au succès de l’immense Garden Party à laquelle le public était invité à se joindre. Orchestré par la FFVE, le Grand Prix des Clubs était attribué à l’Amicale Tricyclecariste de France.

Au final, les amateurs d’automobiles toutes générations confondues, mais également les familles, ont de nouveau été séduits par le programme de cette troisième édition de Chantilly Arts & Elegance Richard Mille qui célébrait l’art de vivre et le savoir-faire à la Française au travers des nombreux ateliers et animations installés dans le Domaine de Chantilly.

Récompensé par le Prix du plus bel évènement automobile de l’année 2014 et 2015 par le magazine britannique Octane, et par le parrainage du Ministère de la Culture et de la Communication pour les années  2015  et  2016,  le  concours  a  définitivement  acquis  sa  place  parmi  les  événements automobiles mondiaux d’exception avec cette légitimité qui lui revient d’avoir ressuscité avec brio la grande tradition des Concours d’Elégance des années 20 dont la France était le berceau.

Patrick Peter : "Nous avons apporté à cette 3ème édition toute l’expérience acquise lors des deux premières éditions, ainsi que des nouveautés. A commencer par le rallye Supercars qui a réuni samedi matin une vingtaine de voitures qu’il est rarissime de voir sur la route et qui a d’ailleurs rencontré un vif succès auprès du public tout au long du parcours établi dans la région de Chantilly. Il s’agit d’un lien important que nous souhaitions établir et développer avec les constructeurs de voitures d’exception  qui, je l’espère, seront encore plus nombreux à nous rejoindre en 2017.  Grâce aux distinctions que nous ont apporté les deux premières éditions, notre concours est reconnu comme l’un des plus beaux au monde. Ce qui représente un facteur important aux yeux des constructeurs. Il faut également gagner en fréquentation pour atteindre 20 à 25 000 spectateurs dans les années à venir. Avec Le Mans Classic, cela a nécessité plusieurs éditions. Je suis donc confiant pour l’avenir de Chantilly Arts & Elegance Richard Mille."

RESULTATS

Spécial Hommage : Jean Todt - 50 années d’une carrière hors norme
1er Prix : Peugeot 504 Rallye Groupe 4 1979 (M. Jean Guichet)
Les marques anglaises disparues (Avant-Guerre)
1er Prix : Sunbeam 3 Litres Straight Eight Grand Prix  1922 (Mr Erez Yardeni)
Les marques anglaises disparues (Après-Guerre)  -  Voitures Ouvertes
1er Prix : Sunbeam Alpine MK1 1953 (Jonathan Miles)
Les marques anglaises disparues (Après-Guerre) - Voitures Fermées
1er Prix : Frazer Nash Le Mans Coupe 1955 (Collection privée)
Les grandes berlines et limousines de voyage (Avant-Guerre)
1er Prix : Packard Eight 1602 Coupé Chauffeur 1938 (M. Jean-Pierre Antoine)
Cinquantenaire de la Lamborghini Miura P400 présentée au Salon de Genève 1966
1er Prix : Lamborghini Miura P400 1967 (M. Frédéric Leroux)
Prix Spécial : Lamborghini Miura Prototype 1966 (Collection Caveng)
Les voitures du Tour de France Automobile (1951-1964)
1er Prix : Ferrari 250GT Berlinetta Competizione Tour de France 1957 (Collection Destriero)
Les voitures du Tour de France Automobile (1969-1986)
1er Prix : Ferrari 308 GTB Gr. IV Michelotto 1982 (Club Ferrari France)
Hommage à l’Ecurie Pozzi
1er Prix : Ferrari 365 GTB/4 Competizione SII 1972 (Club Ferrari France)
Les Formule 1 à moteur avant
1er Prix : Gordini Type 11 1946 (Collection privée)
Les prémices de l’aérodynamisme d’avant-guerre - Les voitures de route ouvertes
1er Prix : Lancia Astura 3ème série Pininfarina cabriolet "Bocca" 1933 (M. Philippe Cornet de Ways Ruart)
Prix spécial : Alfa Romeo 6C 2300 Aerodinamica Spider "Aerospider" 1935 (Mr Georg Gebhard)
Les prémices de l’aérodynamisme d’avant-guerre - Les voitures de route fermées
1er Prix : Alfa Romeo 8C 2900B Lungo Berlinetta 1938 (Mr John Shirley)
Bugatti, les voitures de Grand Prix
1er Prix : Type 59 1934 (Mr Marc Newson)
Prix FIVA : Type 35B 1928 (Collection privée)
Les voitures à vapeur
1er Prix : White Rear Entry Tonneau 1903 (Mr Mitch et Wendy Gross)
Les carrosseries atypiques (Bois, tissu, osier…)
1er Prix : Vauxhall 30/98 Wensum 1925 (Collection privée)
Chefs d’oeuvre de la carrosserie française (Avant-Guerre) - Voitures Ouvertes
1er Prix : Alfa Romeo 8C 2300 Roadster Figoni 1932 (Mr Martin Eyears)
Chefs d’oeuvre de la carrosserie française (Avant-Guerre) - Voitures Fermées
1er Prix : Bugatti Type 57 Atalante 1935 (M. Jean Guikas)
Chefs d’oeuvre de la carrosserie française (Après-Guerre)
1er Prix : Facel Vega HKII 1964 (M. Bruno-Henry Couvrat)
Un grand carrossier italien : Zagato (Avant-Guerre)
1er Prix : Alfa Romeo 8C 2300 Spider 1932 (Collection privée)
Un grand carrossier italien : Zagato (Après-Guerre)
1er Prix : Aston Martin DB4 GTZ 1961 (Collection privée)
Un grand carrossier italien : Zagato (Spécial Alfa Romeo)
1er Prix : Alfa Romeo 1600 TZ 1965 (M. Olivier Cazalières)

Grand Prix des Clubs : Amicale Tricyclecariste de France
Prix de l’Authenticité : George Irat Torpedo Sport 1926
Prix Perspective Art & Design Floral : Rolls-Royce Enthousiats’ Club
Prix du Plus Beau Chapeau : Madame Guérin