Dix Mille Tours du Castellet

Rentrée des classes

Après une pause estivale de deux mois, les pilotes ont retrouvé le chemin des circuits ce week-end à l’occasion des Dix Mille Tours du Castellet. Répartis dans les différentes classes des neuf plateaux by Peter Auto, les gentlemen drivers n’ont rien perdu de leur sens du spectacle !

Plateaux Peter Auto - Dix Mille Tours du Castellet 2018

On les avait quittés début juillet, un brin fatigués. On les a retrouvés ce week-end, reposés et bronzés ! Eux, ce sont les concurrents des courses historiques by Peter Auto. La comparaison entre Le Mans Classic et les Dix Mille Tours n’est pas fortuite, tant l’évènement varois prend de l’ampleur chaque année. Cette fois encore, les records ont été battus avec près de 15 000 spectateurs dans les tribunes (12 000 en 2017) et 298 voitures de course sur la piste (240 en 2017) ! Au-delà de la quantité, la qualité était comme toujours au rendez-vous avec des voitures emblématiques de l’histoire du sport automobile comme les Maserati 300 S (1955), Ferrari 250 GT Berlinetta (1960), Shelby Cobra Daytona (1965), Ford GT 40 (1968), BMW 3.0 CSL (1975), Porsche 935 K3 (1980), Mercedes C11 (1989), Peugeot 905 (1993)… Et ce n’est pas tout !

Historique ?

Car si l’appellation « collection » n’est accordé qu’à l’âge de 30 ans pour une voiture de route, tout va plus vite en compétition où la valeur n’attend pas le nombre des années. Pour preuve, Peugeot a disparu des pistes d’endurance fin 2011, mais cela semble déjà une éternité tant les occasions sont rares de revoir les fabuleuses 908, a fortiori en action. Cette chance, les spectateurs des Dix Mille Tours l’ont eu, un exemplaire du prototype français ayant partagé la piste avec d’autres voitures « modernes » comme la Ferrari 333 SP (1997), la Dodge Viper GTS-R (2002) ou encore la Maserati MC12 (2004). Au total, plus d’une vingtaine de machines réunies au sein du Global Endurance Legends, un nouveau plateau de démonstration qui se produisait pour la quatrième et dernière fois cette année (après Spa-Classic, le Grand Prix de l’Age d’Or et Le Mans Classic). Nul doute que nous le reverrons l’année prochaine compte tenu de l’engouement qu’il a suscité, notamment auprès du jeune public.

Le ciel, le soleil et la piste

Inscrit au calendrier des évènements by Peter Auto depuis 2010, le rendez-vous des Dix Mille Tours reste très attendu des concurrents pour la qualité des infrastructures du Circuit Paul Ricard, et surtout, pour la technicité de son tracé. Les larges zones de dégagement qui bordent la piste permettent aux pilotes – chevronnés ou non – de se livrer sans retenue au volant d’automobiles de grande valeur historique. Même constats chez les propriétaires de voitures de collection qui apprécient particulièrement le cadre du circuit. Car aux côtés des voitures de compétition, 400 automobiles de toutes époques et de tous genres – sportives, populaires, luxueuses – ont fait de l’évènement un véritable musée à ciel ouvert… Un ciel uniformément bleu azur trois jours durant, la météo idéale pour déambuler dans les paddocks accessibles aux spectateurs, un privilège devenu rare de nos jours.

À suivre…

Une fois n’est pas coutume, les Dix Mille Tours ne clôturent pas la saison des séries by Peter Auto. Organisée plus tôt qu’habituellement, la classique varoise précède de huit semaines celle d’Imola en Italie où se jouera la finale 2018 des courses historiques.

LES RÉSULTATS LES PHOTOS LES VIDÉOS
Ferrari 512 S - Dix Mille Tours du Castellet 2018
Ford Escort - Dix Mille Tours du Castellet 2018
Cobra Daytona - Dix Mille Tours du Castellet 2018