Facebook Twitter Youtube
Terminé
  • BelgiumSpa-Classic - 22 au 24 mai 2015
  • 22 au 24 mai 2015 - Spa-Classic

    Sur la piste comme au-dehors, la 5ème édition de Spa-Classic a tenu ses promesses au point d’établir de nouveaux records de fréquentation : 20 000 spectateurs et 1 500 voitures historiques ont été réunis.

Edition record

Le légendaire circuit de Spa-Francorchamps a vibré tout le week-end au son des glorieuses voitures anciennes. Sur la piste comme au-dehors, la 5ème édition de Spa-Classic a tenu ses promesses au point d’établir de nouveaux records de fréquentation : 20 000 spectateurs et 1 500 voitures historiques (clubs et compétitions) ont été réunis.

Une fois n’est pas coutume, trois jours durant, la redoutable cuvette de Spa a été baignée… de soleil ! Concurrents, collectionneurs, exposants et spectateurs ont ainsi profité pleinement des multiples attractions proposées dans l’enceinte du circuit, à commencer par les courses.


Hommage aux 24 Heures de Spa, l'Heritage Touring Cup est l'un des plateaux vedettes du week-end belge

 

COURSES

Le spectacle en piste a été assuré par sept plateaux cumulant plus de 250 voitures. Particulièrement attendues, les berlines et les coupés de l’Heritage Touring Cup ont commémoré les grandes heures des 24 Heures de Spa, rappelant qu’à une époque pas si lointaine la classique d’endurance belge était réservée aux voitures issues de la grande série. Comme c’est le cas lors du double tour d’horloge, les pilotes des BMW 3.0 CSL, Rover Vitesse et autres Ford Capri ont pu s’affronter de jour comme de nuit, l’une des deux manches se disputant samedi soir tard... Ambiance magique ! D’endurance, il en était aussi question avec les CER 1 et CER 2, le Sixties’ Endurance et le Trofeo Nastro Rosso, quatre plateaux by Peter Auto qui ont rassemblé bon nombre de prototypes et de Grand Tourisme ayant disputé naguère les 1 000 kilomètres de Spa : Ford GT 40, Jaguar Type E, Shelby Cobra, Ferrari 250 GT… Endurance, toujours, avec les deux plateaux invités par Peter Auto. Le U2TC a réuni des voitures de moins de deux litres construites avant 1966 semblables à celles qui participaient aux premières éditions « Tourisme » des 24 Heures de Spa. Enfin, le Group C Racing a quant à lui proposé des prototypes plus modernes dont un remarquable châssis Jaguar XJR-14 de 1991 aux performances comparables à celles des LMP actuels.


250 voitures réparties dans 7 plateaux se sont succédées en piste

 

CLUBS ET ANIMATIONS

Si les essais et les courses se sont succédés sans répit, les spectateurs ont pu délaisser la piste l’espace de quelques minutes – voire quelques heures ! – pour admirer plus d’un millier de voitures de collection exposées. A l’image du TVR Car Club, qui avait choisi Spa-Classic pour célébrer son 50ème anniversaire, de nombreux propriétaires de voitures anciennes sont venus représenter des marques aussi diverses que BMW, Corvette, Datsun, Ferrari, Lotus, Mazda, Porsche, Triumph et même Viper dont 35 modèles venus de toute l’Europe ont été concentrés ! Dimanche midi, ce beau panel de l’histoire de l’automobile a été rejoint par les 180 équipages du Youngtimers Rally venus terminer leur périple en s’offrant une parade sur le toboggan des Ardennes. Dans le Village, les spectateurs ont à leur tour fait le plein d’émotions avec le Mur de la Mort (spectacle de motos) ou encore les simulateurs de pilotage. Les autres animations (slot Racing, concerts, cours de danse, coiffeur vintage, etc.) et les exposants (miniatures, prêt-à-porter, libraires, etc.) ont quant à eux comblé un large public.

 
Spa-Francorchamps, l'un des plus beaux circuits au monde...

 

 

VENTE AUX ENCHERES BONHAMS

Pour la troisième année consécutive, la vente aux enchères Bonhams a suscité ce dimanche un bel engouement. Parmi les lots les plus attendus, citons notamment :

- Porsche 962C chassis 962-155 de 1990 (1 495 000 €)
- Ferrari 365GTB/4 Daytona Berlinetta de 1970 (667 000 €)
- Ferrari 308GT Berlinetta Vetroresina 1976 (
253 000 €)
- Aston Martin DB Mark III Sports Saloon de 1958 (247 250 €)
- Lancia Flaminia Super Sport Double Bulle de 1965 carrossée par Zagato (218 500 €)
- Kartin Birel Ex-Mika Häkkinen (9 200 €)

Le chiffre d’affaires de cette vente dépasse 5 millions d’euros, montant dont Philip Kantor (Directeur International Business Développement de Bonhams Europe) s’est félicité. Fort du succès de cette édition, Patrick Peter donne d’ores et déjà rendez-vous au printemps 2016 pour le 6ème Spa-Classic. En attendant, les concurrents des plateaux by Peter Auto se retrouveront dans deux semaines à l’occasion du Grand Prix de l’Age d’Or tenu sur le circuit de Dijon-Prenois.

 
Emanuele Pirro disputait la course de CER 1 au volant d'une Alfa Romeo 33/3 de 1969 

 Fort du succès de cette édition, Patrick Peter donne d’ores et déjà rendez-vous au printemps 2016 pour le 6ème Spa-Classic. En attendant, les concurrents des plateaux by Peter Auto se retrouveront dans deux semaines à l’occasion du Grand Prix de l’Age d’Or tenu sur le circuit de Dijon-Prenois.

 

tous les classements du week-end

toutes les photos du week-end

toutes les vidéos du weekend

 

RESUMES DES COURSES

CER 1
Jaillissant de la 2ème ligne, Emanuele Pirro vire en tête à l’épingle de la Source. Au volant de son Alfa 33/3 de 1969, le quintuple vainqueur des 24 Heures du Mans perd le commandement après quelques virages. Il finira l’épreuve à la 6ème place, après avoir cédé son baquet à Gianluca Rattazzi. Devant, Eric Jamar (Chevron B19) caracole en tête mais il s’arrête trop tard et écope d’une pénalité. C’est finalement Toni Seiler qui impose sa Lola T70 Mk III. Raymond Narac et Michel Lecourt (Porsche 911 RSR) gagnent en GT.

CER 2
Du grand spectacle ! Philippe Scemama prend le meilleur départ mais, après 18 tours, sa Lola T290 DFV perd une roue aux Combes. Son dauphin, Dominique Guenat sur Lola T 286 DFV, est quant à lui victime d’une crevaison. Troisième en début de course, la Lola T298 BMW de Patrice Lafargue passe la première sous le drapeau à damier. Scénario similaire en GT, classe dans laquelle les deux Porsche 935 n°36 et 37, dominatrices en début d’épreuve, sont successivement victimes de leurs mécaniques. Ces défaillances profitent à Christian Bouriez qui l’emporte au volant de sa Ferrari 512 BBLM.

Group C
La Jaguar XJR-14, qui était l’une des vedettes du plateau, ne prend pas le départ suite à une casse moteur en qualifications. C’est Rui Aguas qui prend la tête au volant de sa Mercedes C11. A mi-course, le pilote portugais cède le volant à Kriton Lendoudis. A l’inverse, son Bob Berridge reste au volant de la Nissan RC93 et en profite pour s’emparer rapidement du commandement qu’il conserve jusqu’à l’arrivée.

HTC - Course 1
Favorite, la BMW 3.0 CSL des locaux Eric Mestdagh et Pierre-Alain Thibaut s’élance du fond de la grille suite à des problèmes d’injection en qualifications. Remontée à la 8ème place après seulement deux tours, la voiture connait de nouveaux problèmes moteurs et s’immobilise. Devant, Les Ford (Capri et Escort) réalisent un triplé, la première étant celle de Ward-Smith. Les solistes Andrew Beverley sur Volvo 240 Turbo et Richard Postins sur Rover Vitesse TWR échouent au pied du podium.

HTC - Course 2
Départ samedi soir à 22h15 pour la course nocturne du week-end. A mi-parcours, de l’huile répandue par une Ford Mustang dans le virage de Blanchimont provoque la seule neutralisation de la journée. C’est à ce moment que Tim Summers et Richard Meaden se font piéger en effectuant un arrêt aux stands en dehors de la fenêtre de temps prévue à cet effet. Arrivée 3ème, la Rover Vitesse sera pénalisée plus tard. Aux avant-postes du début à la fin, les Ford Capri de Ward-Smith et Dance signent un doublé devant la Volvo 240 Turbo d'Andrew Beverley.

Sixties' Endurance
5/5 pour les Shelby Cobra, intouchables après l’abandon du récent vainqueur du Tour Auto Optic 2ooo, Jean-Pierre Lajournade. Après avoir absorbé sans faillir les 2000 kilomètres de routes sinueuses à travers l’Hexagone, la Jaguar Type E du Français n’a pas résisté aux longues lignes droites du circuit de Spa-Francorchamps. Logiquement, Karsten Le Blanc et Nigel Greensall s’imposent à l’issue d’une course parfaite.

Trofeo Nastro Rosso - Course 1
Vincent Gaye domine l’épreuve de bout en bout au volant de sa Ferrari 275 GTBC. A l’arrivée, il devance de plus d’une minute la Ferrari de Jan Gijzen. Longtemps 3ème, la Bizzarini 5300 GT doit céder en fin de course face aux assauts de l’imposante Ferrari 250 GT Breadvan – un modèle unique au monde – pilotée par Lukas et Martin Halusa.

Trofeo Nastro Rosso - Course 2
Peu après le départ, l’embrayage de la Ferrari 275 GTB n°25 cède et la voiture s’immobilise dans la chicane de l’Arrêt de Bus provoquant l’entrée en piste de la voiture de sécurité. La course est relancée pour 2 tours durant lesquels les principaux protagonistes conservent leurs positions. Vincent Gaye s’impose en solitaire comme dans la première manche.

U2TC - Course 1
Alors qu’elle devait s’élancer de la pole position, la Lotus Cortina de Richard Meaden et Grant Tromans ne peut démarrer en raison d’un moteur récalcitrant. La BMW 1800 TiSA n°100 hérite ainsi de la 1ère place que son équipage Shaw-Oliver conserve jusqu’à l’arrivée. Un beau clin d’œil pour Jackie Oliver, vainqueur des 24 Heures du Mans 1969 aux côtés du plus populaire des pilotes belges : Jacky Ickx. Derrière, les duos Letts-Letts et Monteverde-Pearson sur Ford Lotus Cortina se livrent à un superbe duel qui tourne à l’avantage des seconds.

U2TC - Course 2
Jusqu’à la mi-course, la BMW 1800 TiSA n°100 et la Ford Lotus Cortina Mk1 n°63 échangent plusieurs fois leurs positions mais, comme dans la première manche, c’est finalement l’équipage Shaw-Oliver qui s’impose. Derrière, les abandons successifs des Ford Lotus Cortina n°161 et n°24 profitent à David Tomlin et Richard Meaden qui montent sur le podium.
 

Partenaires