Imola-Classic : l’heure du bilan… et des projections !

Les 26, 27 et 28 octobre se tenait le dernier rendez-vous de la saison historique by Peter Auto en Italie. L’occasion pour les concurrents d’en découdre une dernière fois avant la trêve hivernale et pour l’organisateur de dresser un premier bilan de l’année écoulée.

Il s’agissait ce week-end du quatrième évènement organisé par Peter Auto sur l’Autodromo Dino & Enzo Ferrari. Le premier, c’était en 2011, dans un contexte différent puisqu’il s’agissait d’une course « moderne », les 6 Heures d’Imola, qui marquait le retour de l’endurance sur ce circuit après 18 années d’absence. Un moment historique car, contrairement à une idée reçue, le tracé italien ne doit pas sa notoriété qu’à la seule Formule 1… Et pour cause : les voitures de sport s’y affrontaient dès 1954, bien avant qu’une compétition de monoplace n’y soit organisée. Le circuit a ainsi vu triompher des pilotes de légende comme Nino Vaccarella, Jacky Ickx ou encore Henri Pescarolo au volant de voitures emblématiques comme les Porsche 917K (1970), Lola T292 (1971) ou Porsche 956 (1984)… autant de prototypes en piste ce week-end. Les plus en vues étaient bien évidement les Italiennes présentes en nombre : Alfa Romeo Giulietta SZ (1960), Giulia TZ (1963), T33/3 (1969), Bizzarrini 5300 GT (1965), De Tomaso Pantera (1971), Ferrari 250 GT Drogo (1959), 250 GT Berlinetta (1962), 275 GTB 4 (1966), 512S longue queue (1970), 512 BBLM (1981), Iso Grifo A3/C (1965), Lancia Beta Montercarlo (1980), Maserati A6 GSC (1954)… Les courses ont été marquées par les victoires de Maurizio Bianco (Chevron B19) en CER 1, de Yves Scemama (TOJ SC304) en CER 2, de David Tomlin (Rondel Motul M1) et Charles Veuillard (Ralt RT 1) en Euro F2 Classic, de Steve Tandy (Spice SE90C) et Michael Lyons (Gebhardt C91) en Group C Racing, de Afschin Fatemi (Porsche 904), Carlo et Alain Vögele (Porsche 904/6) dans The Greatest’s Trophy, de Stephen Dance (Ford Capri) en HTC et Christophe Van Riet (Shelby Cobra 289) en Sixties’ Endurance. Les vainqueurs de chacune des classes des huit plateaux by Peter Auto seront communiqués dans quelques jours. Les pilotes recevront leurs prix le 9 février, à l’occasion d’une soirée de gala tenue en marge du salon Rétromobile.

Vivement la suite !

La saison 2018 s’est donc achevée en beauté ce week-end. À 17h15 dimanche soir, au baisser du drapeau à damier de la dernière course, c’est un sentiment de satisfaction générale qui a envahi l’ensemble du paddock. De l’Espagne à l’Italie, en passant par la Belgique et la France, les cinq rendez-vous inscrits au calendrier ont été unanimement appréciés par les concurrents autant que par les spectateurs. Les cinq meetings ont réuni de 210 à 325 voitures de course, parfois accompagnées d’automobiles de collection exposées par des propriétaires individuels et des clubs. La nouvelle série 2.0L Cup, récompensée jeudi dernier (voir article) restera l’une des grandes fiertés de la saison, avec 26 à 36 Porsche 911 pré-1966 en piste sur chacune des courses organisées. Quand on se souvient qu’en 2014, à sa création, l’Heritage Touring Cup ne rassemblait parfois pas plus d’une vingtaine de concurrents et qu’il en compte désormais plus d’une quarantaine à chaque fois… Il y a de quoi se réjouir pour la suite ! Fort de ce succès, la 2.0L Cup sera alignée sur chacun des six meetings by Peter Auto en 2019. D’autres nouveautés seront annoncées prochainement.

J-160

Le compte à rebours est d’ores et déjà enclenché pour l’Espίritu de Montjuïc à Barcelone (5-7 avril), premier des neuf évènements de la saison 2019 (voir article). En attendant, l’équipe de Peter Auto donne rendez-vous à tous en février sur son stand au salon Retromobile à Paris.

RÉSULTATS PHOTOS VIDÉOS