Lola T600, un prototype révolutionnaire

La Lola T600 a marqué une étape importante dans l’histoire de l’endurance, en tant que premier prototype à effet de sol. Sa conception fera notamment date pour tous les prototypes de la réglementation Groupe C, entrée en vigueur en 1982.

Cette configuration aérodynamique est devenue la norme en Formule 1 dans la foulée du titre mondial remporté en 1978 par la Lotus 79 de Mario Andretti. L’effet de sol consiste en la présence de deux profils d’aile d’avion inversée cloisonnés de part et d’autre du cockpit, créant une dépression qui augmente l’appui et plaque ainsi la voiture au sol.

Apparue en 1981, la Lola T600 domine le championnat d’endurance IMSA aux mains du Britannique Brian Redman (5 victoires), propulsée par un moteur V8 Chevrolet atmosphérique de 6 litres et engagée par Cooke-Woods Racing.

Egalement en 1981, cette équipe engage aux 24 Heures du Mans le châssis présenté ici (n° HU2). Pour la circonstance, il est équipé d’un moteur 6 cylindres à plat turbocompressé issu de la Porsche 935. Mais, en proie à d’insolubles soucis techniques, Brian Redman et son coéquipier américain Bobby Rahal manquent leur qualification.

Revendu par Cooke-Woods Racing, le châssis HU2 reçoit alors un V8 Chevrolet. Vu en 2019 dans le plateau CER (Classic Endurance Racing) à Espiritu de Montjuich, Spa Classic ou encore au Grand Prix de l’Age d’Or, il est depuis 2018 propriété d’un collectionneur suisse.