Spa-Classic : édition record !

Le circuit de Spa-Francorchamps a vibré tout le week-end au son des voitures anciennes. Sur la piste comme en-dehors, la 7ème édition de Spa-Classic a tenu ses promesses, au point de battre son record de 20 000 spectateurs.

Après une légère baisse de fréquentation l’année dernière, Peter Auto et ses partenaires, notamment EFG et Zenith ainsi que la maison de vente aux enchères Bonhams, se sont mobilisés pour permettre à l’évènement de dépasser légèrement le record de 20 000 spectateurs établi en 2015. Tout n’avait pourtant pas commencé sous les meilleurs auspices. Fidèle à sa réputation, la cuvette de Spa-Francorchamps avait réservé un accueil pluvieux aux concurrents vendredi… De quoi baptiser le tout nouveau plateau Euro F2 Classic (qui se produira désormais sur chacun des meetings historiques organisés sur circuits par Peter Auto). Samedi puis dimanche, les nuages se sont dissipés, laissant les spectateurs profiter pleinement des multiples attractions proposées dans l’enceinte du circuit.

 
 

QUATORZE COURSES !

Le spectacle en piste a été assuré par huit plateaux cumulant plus de 300 voitures. Particulièrement attendues, les berlines et les coupés de l’Heritage Touring Cup ont commémoré les grandes heures des 24 Heures de Spa, rappelant qu’à une époque – pas si lointaine – la course d’endurance belge se réservait exclusivement aux voitures issues de la grande série. A l’image de leurs ainés, les pilotes des BMW 3.0 CSL, Volvo 240T et autres Ford Escort ont pu s’affronter de jour comme de nuit, l’une des deux manches se disputant samedi soir tard… Ambiance magique ! D’endurance, il en était aussi question avec le Sixties’, le Trofeo Nastro Rosso, le CER 1, le CER 2 et le Group C Racing, cinq plateaux by Peter Auto qui ont rassemblé bon nombre de prototypes et de GT ayant disputé naguère les 1 000 kilomètres de Spa : Ford GT 40, Jaguar Type E, Shelby Cobra, Ferrari 250 LM, Porsche 962, etc. Des modèles plus modernes, comme une Audi R8 des 24 Heures du Mans 2001 ou une Maserati MC12 des 24 Heures de Spa 2005, ont animé des parades spectaculaires. Quant aux monoplaces, elles ont fait leur grand retour cette année grâce au nouveau plateau Euro F2 Classic qui a rassemblé 19 modèles ayant fait les grandes heures du Championnat d’Europe entre 1967 et 1978, ainsi qu’au plateau invité de Formule Vee qui a réuni 50 machines.

TOUS LES CLASSEMENTS

CLUBS ET ANIMATIONS

Si les essais et les courses se sont succédés sans répit, les spectateurs ont pu délaisser la piste l’espace de quelques minutes – voire quelques heures ! – pour admirer les 1 400 voitures de collection exposées. Dimanche midi, ce beau panel de l’histoire de l’automobile a été rejoint par les 180 équipages du Youngtimers Rally venus terminer leur périple en s’offrant une parade sur le toboggan des Ardennes. Dans le Village, les spectateurs ont fait le plein d’émotions avec le Mur de la Mort (show mécanique) ou encore les simulateurs de pilotage. Les autres animations (Racing Bug, galerie Michel Vaillant) et les exposants (miniatures, prêt-à-porter, livres, horlogerie, etc.) ont quant à eux comblé un large public.

VENTE AUX ENCHERES BONHAMS

Pour la quatrième fois de son histoire, le rendez-vous de Spa-Classic a servi de cadre à une vente aux enchères orchestrée ce dimanche par la maison Bonhams. Philip Kantor (Directeur Général du Département Automobiles Classiques) : « C’est un privilège d’organiser une vente dans un tel endroit et nous sommes ravis d’être revenus à Spa. Bonhams a de nouveau prouvé son expertise en proposant une importante collection des voitures découvertes dans un château en Suisse, qui s’est vendue à 100 %. » A noter qu’une Mercedes-Benz 300 SL de 1958, estimée entre 600 000 et 800 000 euros, s’est vendue 1 127 000 euros ! 

PROCHAINES ÉCHÉANCES

Fort du succès de cette édition, Patrick Peter donne d’ores-et-déjà rendez-vous au printemps 2018 pour le 8ème Spa-Classic. En attendant, les concurrents des plateaux by Peter Auto se retrouveront dans trois semaines à l’occasion du Grand Prix de l’Age d’Or tenu sur le circuit de Dijon-Prenois.