Tour Auto Optic 2000 : étape 4

Jour 4, la « ville rose » s’invite dans les rétroviseurs de la caravane du Tour Auto Optic 2ooo pour laisser place aux magnifiques paysages de la région du Gard. Au programme de la journée, deux spéciales sur routes fermées et une autre sur le circuit de Lédenon avant de rejoindre le sublime Pont-du-Gard, monument classé au patrimoine de l’UNESCO.

Les voitures populaires ont un grand succès auprès du public mais qu’en est-il lorsque l’on en engage une et qui plus est en régularité ? C’est le défi que se sont lancé deux aventuriers François Cardon et Vincent Mouret avec leur RENAULT Dauphine Gordini. La puissance n’étant pas le fort de cette automobile, ils ont choisi, pour leur toute première fois sur le rallye, la catégorie régularité. Afin de respecter les temps de liaisons, les deux compères ne marquent même pas les arrêts aux déjeuners. Ils vivent une véritable course contre la montre ! Alors qu’ils partent de la 13ème position au général depuis Toulouse, ils terminent la première spéciale en cinquième place. Podium, sur la deuxième épreuve de la journée en finissant troisième. C’est ce que l’on appelle une belle remontada. A l’heure où ces lignes sont écrites, les commissaires de course et les chronométreurs analysent les résultats de l’épreuve du circuit de Lédenon. Mais les deux performances de début de journée leur ont assurément fait gagner plusieurs places au classement. Une première participation qui s’annonce prometteuse pour cette belle voiture populaire.

Le patrimoine culturel et automobile réunis

Du Grand Palais au Pont-du-Gard, les concurrents auront parcouru 1684 km. Ces deux monuments sont emblématiques et représentent l’incroyable patrimoine culturel français. C’est aussi cela le Tour Auto Optic 2000, découvrir les plus belles routes de France et mettre à l’honneur les plus magnifiques monuments. Ainsi, cette quatrième étape fait vivre notre histoire qu’elle soit architecturale ou automobile. Une journée qui se clôture par un dîner en face du plus haut pont jamais construit dans l’antiquité. Édifié par les Romains au 1er siècle de notre ère, il est inscrit sur la prestigieuse liste Unesco depuis 1985. C’est ce que l’on appelle terminer en beauté !