Tour Auto Optic 2000 : Renaissance italienne

 

A chaque édition, sa consécration. Après les marques françaises disparues lors de l’édition 2017, ce sont les marques italiennes disparues qui ont été mises en lumière lors de l’édition 2018 du Tour Auto Optic 2000. Autobianchi, De Tomaso, Osca, Siata, Cisitalia, Lombardi ou encore Moretti…Autant de marques qui ont contribué à la légende du Tour de France Automobile originel et qui ont attiré toute l’attention lors de cette 27ème  édition qui s’est achevée le week-end dernier à Nice.

Peter Auto attache une importance toute particulière à la commémoration de ces marques automobiles disparues qui ont fait le succès du Tour Auto. C’est à la fois une occasion pour les spectateurs de contempler des voitures exceptionnelles au passé glorieux et pour les équipages de vivre des moments uniques à bord de leur véhicule d’époque sur les plus belles routes de France.


  

 

 

 

 

LA DIVERSITE COMME LEITMOTIV

Ces petits constructeurs disparus participent à la diversité des plateaux au sein du Tour Auto comme le souligne Patrick Peter, organisateur de l’événement : « Ce n’est pas facile d’avoir une diversité. On s’attache à cela parce que cela fait partie de l’histoire du Tour. Il y avait des voitures de tourisme très populaires, il y en a cette année et il y a au contraire des GT de très grande qualité. Donc, on essaye de remplir au mieux l’éventail entre ces deux extrêmes. »

Parmi les marques italiennes disparues et engagées lors de cette édition 2018, nous avons pu admirer quelques modèles rarissimes tels que la Siata 208 S (1953) de l’équipage Robert Davis / Micah Davis propulsée par le 8 cylindres en V d’origine Fiat développant 140 ch. L’Osca Maserati 750 Sport (1958) de l’équipage franco-français François Cointreau / Patrice Cousseau fait également partie de ces véhicules d’exception engagés sur ce Tour Auto Optic 2000.

Fondée par les frères Maserati après avoir été contraints de vendre la marque éponyme à cause de  difficultés financières, la marque Osca est selon Patrice Cousseau, copilote de la n°72 « une marque très bien construite, à l’identique de Maserati puisque c’est de leur conception technique. C’est très léger, très bien fait avec des petits moteurs, peut-être un peu fragiles mais quand on regarde l’histoire d’Osca et des compétitions, en réalité ces voitures ont pas mal gagné de courses et elles ont énormément couru aux USA. »

La marque De Tomaso créée par l’Argentin Alejandro de Tomaso en 1959 a elle aussi été dignement représentée pendant ce Tour Auto Optic 2000 avec une 3ème place de choix pour l’équipage Didier Sirgue / Jean-Michel Carriere dans le classement G/H/I période H1 et H2 et I sur la fameuse Pantera Gr. IV.

Enfin, les petites Autobianchi A112 Abarth des équipages Jean-François Nicoules / François Nicoules et Joachim von Finckenstein / Christina von Finckenstein ont permis à de nombreux amateurs de voitures italiennes de redécouvrir une marque historique du groupe FIAT disparue en 1995 après la fermeture de l’usine historique de Desio en 1992.

 

 

 

 

 

 

A défaut d’être encore produites, ces marques et ces voitures font toujours rêver de nombreux passionnés et amateurs de voitures anciennes qui grâce au Tour Auto Optic 2000 n’ont jamais vraiment vu disparaître ces machines transalpines d’exception.